Un sac maman d’une valeur de 10 000 DA OFFERT pour un achat de + de 25 000 DA

Allaitement maternel et le mois sacré de Ramadan

Ramadan Kareem

L’allaitement maternel est un moyen sans égal de fournir une alimentation idéale pour la croissance du nourrisson. L’accord est unanime quant à la supériorité du lait maternel, plus les connaissances se développent, plus le lait maternel apparaît comme le mieux adapté aux besoins du nourrisson.

Le jeûne du mois de Ramadan aurait-il des répercussions sur l’allaitement ? 

C’est une question fréquemment posée par les femmes allaitantes à l’approche du mois de ramadan.

 D’un point de vue religieux, la femme allaitante peut ne pas jeûner si elle craint pour sa santé et/ou celle de son bébé. Elle pourra le rattraper ultérieurement.

allaitement

Quel est l’impact du jeûne sur l’allaitement maternel ?

Les études traitant l’impact du jeûne du Ramadan sur l’allaitement sont malheureusement peu nombreuses. Ces études s’intéressent essentiellement aux modifications de la qualité et la quantité de lait maternel ainsi qu’aux répercussions du jeûne sur le nourrisson et la maman. On a malheureusement pas de données sur l’impact du jeûne sur l’allaitement à long terme, notamment si cela pourrait être en rapport avec un sevrage ou une diversification précoces voire une introduction de complément de lait artificiel.  

  • Effets sur la production lactée :

Une étude effectuée en Turquie (Ertem 2001) a montré que certaines mères ont constaté une baisse de leur sécrétion lactée. Cette baisse de la lactation pourra favoriser dans certains cas une malnutrition infantile. 

  • Effets sur la composition du lait :

Une autre étude Turque (Rakicioğlu, 2006) a fait état d’une baisse significative des taux de zinc, magnésium et potassium dans le lait des mères qui jeûnaient. Les auteurs de cette étude ont noté qu’« il semblerait prudent d’exempter les femmes allaitantes du jeûne pendant le Ramadan».

 

  • Effets sur la croissance des nourrissons :

Cette même étude (Rakicioğlu, 2006) a conclu que le jeûne du Ramadan n’avait pas d’impact significatif sur le taux des macronutriments du lait maternel et par conséquent sur la croissance des nourrissons

 

 Une autre étude publié dans la revue iranienne de pédiatrie (2007) a conclu qu’il n y’a pas eu d’effet négatif sur les paramètres de croissance des nourrissons nourris exclusivement au sein à court terme.

Toutefois, il faut faire attention aux signes qui montrent que le jeûne a impacté le bébé, notamment le changement de l’aspect et la fréquence des selles, la diminution du nombre de couches mouillées, le changement de comportement du bébé, l’augmentation de la fréquence et la durée des tétées.

maman bébé
  • Effets sur la femme allaitante :

Il faut noter que la production de lait représente un coût énergétique pour la mère, compensée par une augmentation de la consommation alimentaire et la mobilisation des graisses accumulées pendant la grossesse.  

L’asthénie est donc la principale difficulté rencontrée par les femmes allaitantes au cours du jeûne. Néanmoins, des études permettent de penser que l’allaitement durant le mois de Ramadan n’est pas fatigant en soi, cette fatigue est due également au post-partum, au manque de sommeil et au mode de vie adopté par les femmes en mois de Ramadan. 

Il existe également un risque de déshydratation chez la femme allaitante au cours du jeûne, ce qui peut se manifester par une soif intense, des vertiges et une fatigue importante. Cette déshydratation peut être responsable d’une baisse de la production lactée.

 

breast feeding

Allaitement maternel et le mois sacré de Ramadan Jeûner ou pas ?

Il faut noter que chaque femme est différente par : ses capacités, sa physiologie,  son métabolisme,  son état de santé, son statut nutritionnel et sa lactation. A noter aussi que la fatigue accumulée lors de la grossesse et le post-partum est assez conséquente.

Il existe aussi différents paramètres à prendre en considération, notamment l’âge de bébé, son mode d’alimentation (allaitement maternel exclusif, mixte, diversifié ou non), son état de santé, un éventuel pic de croissance ainsi que son rythme de sommeil.

Concernant l’allaitement mixte, la lactation peut diminuer et à la moindre baisse de flux, le bébé peut faire une préférence pour le biberon ou une confusion et refuser carrément de téter.

Donc c’est à chaque maman de voir. Elle est maîtresse de sa décision selon ses conditions.

Le rôle du médecin

Une évaluation de l’état de santé de la maman et celle son enfant est importante pour pouvoir prendre la décision de jeûner ou pas, il est important aussi de diagnostiquer et traiter des éventuels carences présentes souvent chez les femmes en post-partum.

 Comme tout professionnel de la santé, le médecin va prendre en charge les patientes en respectant leurs choix personnels. L’objectif principal étant de préserver la santé de la maman et son enfant.

Une femme allaitante, en bon état général  et sans souci de santé pourrait être autorisée à jeûner par son référent médical, tout en restant à l’écoute de son corps et de son bébé.

femme qui mange

Conseils pratiques pour les allaitantes qui supportent le jeûne pendant le Ramdan 

  • Essayer d’avoir un stock de lait maternel au congélateur en prévision de tout incident inattendu.
  • Corriger les éventuels carences présentes chez la maman, souvent secondaires à la grossesse.
  • Deux règles à suivre en matière de nutrition, une alimentation saine et équilibrée et une bonne hydratation.
  • Essayer de se reposer pendant la journée et de conserver une activité physique le soir.
  • Il faut rompre le jeûne si la maman trouve que cela peut lui porter préjudice, ou à son bébé. A la moindre peur, cette autorisation religieuse est à prendre en compte.
  • Chaque femme est différente, la comparaison avec une autre maman n’a pas lieu.

En conclusion, il faut rappeler qu’il est inadmissible qu’une maman prenne la décision de jeûner au détriment de sa santé et celle de son enfant. 

D‘autre part et dans le cadre de la promotion de l’allaitement maternel, il est important de rappeler que la méconnaissance des bases de l’allaitement ainsi que la mauvaise hygiène de vie sont responsables de l’échec de l’allaitement maternel indépendamment du jeûne. 

Il faut noter aussi que le jeûne a de multiples bienfaits sur la santé et que notre organisme a une bonne capacité d’adaptation.  C’est plutôt notre mode de vie actuel qui rend le jeûne astreignant.

mom surgen

Dr Fatima .T

Médecin et jeune maman passionnée par le maternage proximal et l’allaitement maternel.
Je ressens un fort besoin de partager les bonnes informations et c’est un devoir pour moi autant que médecin. J’aide les jeunes et futures mamans dans leur aventure de la maternité à travers ma page Instagram @mom_surgeon_life ce qui me permet d’être proches des mamans et de répondre à toutes leurs questions et leurs doutes.
Je fais ça aussi pour corriger les fausses idées reçues et les mythes sur tout ce qui concerne la maternité et les bébés ❤

Partager

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Se connecter

Commandez au 0559 34 07 93

Nos catégories
notre site